Rechercher
  • Malika Virin

L'ECRIVAINE FAUCHEE

Dernière mise à jour : 11 août 2021

L'ECRIVAINE FAUCHEE


Coucou !


J'espère que vous allez bien.


Je suis ravie de vous retrouver pour ce nouvel article de blog.


Aujourd'hui, parlons d'un sujet qui fâche (parait-il) : l'argent !


Suis-je une écrivaine fauchée ?


La réponse est dans cet article !


Si vous voulez la connaître, installez-vous confortablement. Et, bonne lecture !



Bienvenue sur le blog. Si vous êtes nouvelle ici, vous voudrez très certainement lire mon ebook gratuit qui détaille les 6 choses qui empêchent d'écrire. Pour télécharger gratuitement mon guide, cliquez simplement ici. Merci de votre lecture et à bientôt sur le site www.malika-virin.com 




J'écris tous les jours depuis près de 25 ans. Fin 2016, je réalisais mon rêve en écrivain mon premier #roman "Les foudres du passé". Grâce à cela, je suis écrivaine publiée depuis 2017.


Dans cet article


Devenir écrivaine

Ce que l'écriture m'apporte

Et l'argent ?

Suis-je une écrivaine fauchée

Pour aller plus loin


Devenir écrivaine


En 2016, je pris la douloureuse décision de fermer ma toute première entreprise.


J'étais styliste - créatrice de mode et j'avais une boutique en ligne sur laquelle je vendais les bijoux que je créais de mes propres mains. Je vivais l'un de mes rêves d'enfant et voulais sublimer les femmes, les aider à se sentir belles et à prendre soin d'elles.


Mais, tout ne se passait pas comme je le voulais. J'avais une faible estime de moi et très peu confiance en moi et en mes produits. J'ai investi énormément de temps, d'énergie et d'argent dans cette entreprise et la fermer m'a brisé le cœur. Je pensais que c'était la meilleure décision pour moi car je ne supportais plus de me voir m'autosaboter sans savoir comment y remédier.


Je souffrais.


J'ai dis stop.


Cependant, je ne voulais pas finir l'année sur un échec. J'avais beaucoup de peine, l'année avait été particulièrement éprouvante, chaque jour me semblait difficile à vivre et à supporter. Nous étions en septembre.


Avec le recul, je comprends que je résistais aux transformations intérieures que je vivais. Je luttais pour rester à tous prix dans ce que je connaissais de la vie et de moi-même. Bref, je n'étais pas prête pour réussir pleinement dans chaque aspect de ma vie.


Donc, pour ne pas finir l'année sur une note triste, je réfléchis à ce qui, dans la vie, me ferai le plus plaisir et que je n'avais jamais encore fait. L'évidence me sauta aux yeux : je voulais écrire cette histoire que je portais en moi depuis plusieurs années. Je n'avais encore jamais osé l'écrire et l'idée de pouvoir enfin la raconter et en faire un livre m'excita au plus haut point.


Sans explication, je savais qu'écrire ce roman était ce que je devais faire et que cela me remplirai de joie. La fin de l'année approchait et je sentais que ce projet aboutirait à quelque chose de positif.


J'ai écrit "Les foudres du passé" en 5 jours et 5 nuits. Je l'ai corrigé entièrement le sixième jour et l'ai envoyé à des maisons d'édition la sixième nuit. Puis, je suis allée dormir. J'étais, à la fois, épuisée, fière et heureuse d'avoir enfin sauté le pas.


Quelques mois plus tard, j'étais publiée aux Editions Baudelaire. Je suis devenue romancière en 2017.


Devenir écrivaine demande le courage de passer à l'action.


Ce que l'écriture m'apporte


J'écris tous les jours, depuis près de 25 ans.


Grâce à l'écriture :


  • j'ai réalisé mon rêve de petite fille

  • je nourri ma créativité, mon imagination pour vous raconter des histoires que je prends plaisir à construire

  • je m'autorise à être pleinement moi

  • je partage avec vous tout ce que j'apprends et mon expertise

  • j'inspire et aide, à ma hauteur, avec mes mots

  • je fais des rencontres incroyables et inoubliables

  • je gagne des revenus passifs



Et l'argent ?


Lorsque j'étais enfant, j'entendais beaucoup :


  • "Le métier d'écrivain ne paie pas les factures"

  • "Il y a beaucoup d'écrivains fauchés"

  • " On ne gagne pas sa vie / pas d'argent, en écrivant des livres"


Très tôt, j'ai su que "les droits d'auteur, c'est des cacahuètes" et que "Les auteurs sont très mal payés" .


Il est vrai que les droits d'auteur proposés par les maisons d'édition n'ont rien de très réjouissants. Surtout lorsqu'on débute !


Personnellement, je suis éditée en maison d'édition et en autoédition. Et, en toute honnêteté, je gagne plus d'argent depuis que je suis en autoédition. A dire vrai, je gagne de l'argent tous les mois.


Chacun de mes livres représente, à lui seul, un revenu passif.


Pour autant, je ne vis pas encore la dolce vita. D'autant plus que j'investis tout ce que je gagne ainsi qu'une grande partie de mes revenus dans la création de mon entreprise.


Parce que je suis handicapée et que je perçois pas assez de revenus, chaque mois je perçois l'AAH. Il s'agit de l'allocation pour les adultes handicapés ainsi qu'une pension d'invalidité. Les deux cumulés représentent l'équivalent d'un salaire à mi-temps.


J'ai commencé à travailler à 18 ans et j'avoue que, pendant longtemps, j'ai eu honte de percevoir les minimas sociaux.


Si j'en parle aujourd'hui, c'est que j'ai décidé d'être douce et bienveillante envers moi-même et d'être à la fois, ma meilleure amie et ma conseillère. Dans mon livre "Fini les dettes" que vous pouvez découvrir en cliquant juste ici, j'explique que, peu importe d'où vient l'argent qu'on perçoit ou qu'on gagne, tant que c'est légal, cela va de soit. Le plus important est de bien le gérer pour atteindre ses objectifs.


Ok, c'est bien beau tout ça ! Mais, est-ce que je m'en sors, financièrement ?


Suis-je une écrivaine fauchée ?


En 2010, je divorçais d'un époux violent et me retrouvais alors mère célibataire très endettée.


J'avais plus de 12000€ de dettes. J'étais salariée en CDI à temps plein et je cumulais, tous les mois, des dizaines d'heures supplémentaires. Pourtant, je ne m'en sortais pas du tout ! Bien au contraire, je m'enfonçais chaque jour un peu plus, au point de ne plus pouvoir subvenir aux besoins de ma famille ni payer mon loyer.


Heureusement, j'ai tout changé dans ma vie et je me rapproche, chaque jour un peu plus, de ma vie idéale.


Pour répondre à la question : " Suis-je une écrivaine fauchée ?" la réponse est : Non, je ne suis pas une écrivaine fauchée. Je suis une femme financièrement autonome.


Une personne financièrement autonome sait :


  • faire un budget

  • faire un bilan de sa situation financière

  • répondre à ses besoins de base

  • établir de nouvelles prévisions en fonction des changements à apporter dans sa vie et ce, qu'elle soit en couple ou non

  • administrer et dépenser son argent sans l'accord d'un tiers