top of page
Rechercher
  • Malika Virin

AU SECOURS ! IL Y A DES COQUILLES DANS MON ROMAN

Dernière mise à jour : 11 août 2021

AU SECOURS ! IL Y A DES COQUILLES DANS MON ROMAN


Coucou !


J'espère que vous allez bien.


Je suis ravie de vous retrouver pour ce nouvel article de blog.


Aujourd'hui, parlons des coquilles. Les ennemies des auteurs. Celles qui feraient fuir les lecteurs !


Vraiment ? Pas si sûre ! Je vous dis tout dans la suite de cet article.


Je partage avec vous ce que j'ai vécu lors de ma première autoédition. Pour que vous en sachiez un peu plus sur les coulisses du métier d'écrivain. Et que vous ne fassiez pas les mêmes erreurs que moi.


Si ce sujet vous intéresse, installez-vous confortablement. Et, bonne lecture !




Bienvenue sur le blog. Si vous êtes nouvelle ici, vous voudrez certainement lire mon ebook gratuit qui détaille les 6 choses qui empêchent d'écrire. Pour télécharger gratuitement mon guide, cliquez simplement ici. Merci de votre lecture et à bientôt sur le site www.malika-virin.com 



J'écris tous les jours depuis presque 25 ans. Je suis écrivaine publiée depuis 2017. Je lis tous les jours. Pourtant, il y a encore des coquilles dans mes textes.


Au secours ! Que vont dire et penser les gens ? Et mes lecteurs, vont-ils me détester ?


Que ce soit dans un roman, un article, un post, un courrier ou un autre type de texte, ce qu'on écrit peut être truffé de coquilles. Alors, forcément, on doute !


Dans cet article :


Les coquilles : qu'est-ce que c'est ? '

Est-ce que c'est grave

Pourquoi ça m'angoisse

Comment je m'en sort, finalement

Pour aller plus loin


LES COQUILLES, QU'EST-CE QUE C'EST ?


Les coquilles sont les fautes qui subsistent après la ou les relectures et corrections de textes.


En terme de publication littéraire, il existe une loi qui prévoit une tolérance de 9 ou 10 coquilles, "l'erreur étant humaine". Il arrive donc que, dans certains livres, il y ai quelques fautes de frappes.


J'insiste sur le "quelques " qui apporte un caractère exceptionnel à toute cette affaire.


Avec l'autoédition, et malgré le texte de loi très sérieux, on voit fleurir, ici et là, de nombreuses œuvres littéraires qui comportent beaucoup, beaucoup, beaucoup de fautes. Ca a d'ailleurs été le cas pour mon livre " Dix ans trop tard" disponible juste ici. Lorsque j'ai reçu ce qu'on appelle "les exemplaires auteurs", j'ai découvert des tas de fautes.


Bon, j'imagine que mon manque d'objectivité et mon intransigeance, saupoudré de mon perfectionnisme, font que les choses me paraissent pire qu'elles ne le sont vraiment. Surtout pour un premier livre en autoédition.


Cependant, cela m'a suffisamment marqué pour que j'en fasse un article ! D'autant plus que je sais que je ne suis pas la seule dans ce cas. Et qu'il existe des solutions.


EST-CE QUE C'EST GRAVE ?


Comme je vous l'expliquais plus haut, si le nombre de coquilles ne dépasse pas 9 ou 10 (je ne me souviens pas du nombre exact), ce n'est pas grave, selon la loi.


Et selon les lecteurs ? Ca dépend du type du lecteur ! Je m'explique : en devenant romancière j'ai remarqué certaines choses :

  1. l'entourage vous fait remarquer toutes vos erreurs : les fautes à l'écrit, à l'oral, en privé et en public

  2. on croit qu'on n'a pas le droit à l'erreur : du coup, on se me une énorme pression. Et, à cause de ça, on fait des erreurs ! On se trompe on s'emmêle les pinceaux. Bref, on est humaine !

  3. on souffre du syndrome de l'imposteur et on ne sait pas comment s'en libérer

  4. on se dit que tout est fichu ! A la moindre petite faute, à la moindre erreur, on se morfond et on n'ose plus rien faire. Par peur du ridicule, peut-être

Personnellement, en tant que lectrice, je vous avoue que les coquilles m'ont toujours fait sourire. Car j'imagine le processus éditorial, la phase d'impression, la fabrication du livre et là, bim ! Coquilles !

Je trouve que cela apporte un certain charme aux œuvres.